iPhone vendu sans chargeur, beaucoup de bruit pour rien ?

Depuis deux jours, le débat fait rage sur les réseau sociaux depuis qu’Apple a annoncé le retrait du chargeur des boîtes d’iPhone. C’est officiel, tous les iPhone seront désormais vendus sans chargeur. Si vous possédez un chargeur à la maison, cela ne vous posera pas de problème. Au final, vous trouvez ça même plutôt logique, à l’heure où l’on tente d’éviter tout gaspillage.

Avis personnel…

Soyons honnête, on recharge aussi nos iPhone sur une batterie externe, sur le Mac, sur l’iPad Pro, dans la voiture, sur un chargeur à induction, au bureau, etc. Alors, pourquoi le débat soulève-t-il les foules ? Certains disent d’Apple fait du greenwashing alors qu’il s’agirait de faire des économies. D’autres sont mécontents car Apple n’a pas baissé le prix des autres iPhone, toujours au catalogue. Les arguments ne manquent pas et sont compréhensibles.

Cerise sur le gâteau, les iPhone seront désormais livrés avec un câble Lightning vers USB-C et l’on entend que « Tout le monde n’a pas un chargeur USB-C à la maison » . Apple a discrètement baissé le tarif de son chargeur USB-C 20 watts de 10 €. Là encore, Apple n’était en aucun cas obligé de le faire. Ils sont parfois incohérents côté tarif, au pif, le tarif de l’iPad mini. Les échanges de ces derniers jours nous rappellent les éternels débats sur l’abandon du lecteur de disquette, du lecteur de DVD, des ports multiples au profit de l’USB-C.

Lorsque Apple a commercialisé le premier iPhone compatible induction, personne ne s’est plaint que le chargeur fourni était filaire. Bon nombre d’utilisateurs sont allés acheter un chargeur QI sans émettre une plainte. Alors qu’ils possédaient déjà un chargeur.

Le retrait du chargeur n’est pourtant pas une nouveauté dans l’industrie de la Tech. Ces dernières années, j’ai acheté plusieurs produits de grandes marques livrés sans chargeur : un casque Bluetooth Marshall, une enceinte JBL, des lampes LED de studio, un Fitbit (il y a bien longtemps), etc. Cela a dû me surprendre deux secondes pour me rendre compte que je pouvais utiliser n’importe quel autre chargeur. Mais c’est toujours quand Apple prend ce genre de décision que le scandale éclate. Fatiguant.

…Pensée globale

En réalité, ce débat est plutôt intéressant et nous montre deux choses : les gens n’aiment pas le changement et prennent beaucoup de choses pour acquis (même quand il s’agit d’une société privée). Mais on y voit surtout l’enjeu principal de la crise écologique : l’individualisme. Et pourtant, le meilleur déchet est celui que l’on ne produit pas. Au lieu de se dire que moins de produits usinés et transportés signifie moins de pollution — on parle ici d’une économie de carbone équivalente à 450 000 voitures par an — chacun trépigne dans son coin parce que lui-même ne possède pas le fameux chargeur USB-C.

Cette décision, forcément impopulaire pour une majorité, n’a pas dû être simple à prendre chez Apple. Ce n’est pourtant pas ce genre de crise qui fera peur à Apple, vu les tempêtes traversées ces dernières années, et si vite oubliées. Si Apple écoule 80 millions d’iPhone 12 d’ici la fin 2020, il est fort à parier qu’elle ne vendra pas 80 millions de chargeurs à côté. Le bilan écologique sera donc positif.

Ces articles devraient vous intéresser :